Les pères modernes

/, Parole de papa/Les pères modernes

Les pères modernes

Fini le père fouetar avec cette vision binaire de la société qui oppose d’un côté l’adulte qui donne des ordres et de l’autre l’enfant qui les reçoit : Old-school, vous dis-je ! Et pourtant 87% des enfants sont victimes de VEO (Violence éducative ordinaire).

Elever m’avez-vous dit ? Là, est le vrai nœud du problème : on n’élève pas un enfant, voilà tout !  On l’accompagne dans son développement en se montrant un excellent exemple, un guide éclaireur empathique et bienveillant. Un enfant peut très bien s’élever tout seul et parfois même mieux que s’il avait été accompagné par un adulte malveillant. Alors il ne faut pas chercher à le faire plier mais au contraire, chercher à le renforcer, chercher à lui permettre de grandir dans le bon endroit et surtout vers la bonne direction. Il faut lever la tête dans la parentalité et savoir de temps en temps regarder vers l’horizon. Ce qui compte vraiment, c’est la tendance.

Range tes jouets !  Ou ‘Tes jouets mon loulou’ ! C’est à peu près la même chose sauf que l’enfant n’agira que dans le deuxième cas. Savoir leur parler, là est le secret ! S’il ne s’exécute pas c’est qu’il y a de fortes chances que les mots ou le ton employé n’a pas été le bon. Les enfants sont très attachés à la façon. C’est pour cela qu’il faut leur raconter des histoires avec prosodie.

Mais cela peut aussi être un manque de légitimité à leurs yeux. Quoi ? Moi le parent, le chef, je ne serais pas en permanence légitime pour parler à mes enfants ? Ce que je veux exprimer ici c’est que si le parent, tout parent qu’il soit, n’a pas passé du temps exclusif avec son enfant il y a de grandes chances que ses demandes tombent à l’eau…En fait notre statut, à nos yeux est un argument très fort, largement suffisant qui fait qu’ils doivent nous obéir, mais c’est loin d’être le cas à leurs yeux. Le simple fait d’être leur parent n’induit pas qu’ils obéissent de manière systématique. Dommage, c’était trop beau. Cela a le don de nous énerver et l’énervement c’est du stress donc de l’attaque donc des cris (voire plus)…

Pour réussir la mise en place de ce secret, cela demande deux choses importantes à l’adulte : de l’implication et de la réflexion. Une sensation d’aspiration importante d’énergie vous envahi en premier lieu à l’idée de s’engager dans cette aventure avec la peur (dans le subconscient) de ne pas trouver la solution. C’est bien vrai d’ailleurs mais au final une fois cette implication et cette réflexion pour la mise ne place d’une astuce mise en action, la récompense de l’enfant sera un grand seau d’énergie qui remplira votre réservoir affectif à vous !

Mais comme de prime abord, on comprend de suite qu’il va falloir s’impliquer au risque de ne pas réussir, alors on laisse tomber d’entrée. Voilà les deux phénomènes de ‘peur de ne pas y arriver’ et d’appréhension de l’implication sans vue de fin de celle-ci qui nous plombent au sol et nous font rabrouer l’enfant à la fin de sa demande.

Quand on déconstruit le phénomène, on le comprend et on peut ainsi le maîtriser et l’anticiper. J’espère par les mots de ce billet, y avoir contribué.

Vive les parents !

L’Atelier du futur papa saura vous apporter les réponses à vos questions sur la parentalité.

Gilles Vaquier de lanaume. Créateur et gérant du premier concept de formation à la parentalité dédié aux futurs pères. www.atelierdufuturpapa.com

Facebook Twitter Google+ Linkedin Mail
Par | 2017-07-13T11:18:28+00:00 juillet 15th, 2017|Actualités, Parole de papa|0 commentaire

À propos de l'auteur :

Laisser un commentaire