Critique de Kandahar : Gérard Butler somnolent sur Amazon !

Explorez la critique de Kandahar, un film palpitant avec Gérard Butler, présenté sur Amazon. Naviguez à travers une performance somnolente de Butler dans Kandahar, une expérience de cinéma unique.

Vous êtes ici : Que faire des mômes » Divertissement » Critique de Kandahar : Gérard Butler somnolent sur Amazon !

Kandahar est un thriller d’action mettant en vedette Gerard Butler, et il vient d’arriver directement sur Amazon Prime Video. Est-ce une bonne nouvelle pour les amateurs d’action décomplexée ? Pas vraiment. La carrière de Gerard Butler est assez unique dans l’industrie hollywoodienne. Après avoir été propulsé au rang de star de l’action avec 300, l’acteur a enchaîné les déceptions pour finalement se retrouver dans des films d’action de seconde zone, mais parfois intéressants, comme Criminal Squad ou Gods of Egypt.

Kandahar : une nouvelle collaboration entre Gerard Butler et Ric Roman Waugh

Kandahar marque la troisième collaboration entre Gerard Butler et le réalisateur Ric Roman Waugh, après La chute du président et le très correct Greenland, le Dernier Refuge.

Ancien cascadeur prolifique ayant travaillé sur des films tels que Total Recall, True Romance ou Last Action Hero, Waugh est désormais un réalisateur qui promet un travail d’artisan authentique, même s’il n’est pas forcément flamboyant.

Dans Kandahar, Gerard Butler incarne l’agent infiltré pour le compte de la CIA Tom Harris.

Suite à un sabotage effectué en Iran, sa couverture est dévoilée et Tom (accompagné de son interprète Mo) n’a plus qu’un seul espoir de regagner l’occident : traverser le désert jusqu’à la ville afghane de Kandahar, tout en repoussant à la fois les assauts des talibans et ceux des forces iraniennes.

Un film qui s’embourbe dans des intrigues complexes

Malheureusement, Kandahar s’embourbe rapidement dans un labyrinthe de sous-intrigues diplomatiques nébuleuses et d’une opacité narrative totale.

Au lieu d’un film d’action, le métrage de Waugh se voit en thriller politique complexe, sans jamais en avoir les épaules.

On y trouve pêle-mêle les tribulations d’une journaliste emprisonnée, les dilemmes moraux d’un colonel à moustache et la peine d’un Gerard brisé par l’échec de son mariage et de sa paternité.

Quant à l’action, après une interminable heure d’exposition, on se demande toujours si le fusil porté en bandoulière par notre héros aura finalement un quelconque intérêt.

Lorsque les hostilités commencent enfin, le résultat est décevant.

Des scènes d’action décevantes

Kandahar est loin des quelques pics picturaux de la carrière de Waugh. Les scènes d’action se révèlent d’une platitude rare, flirtant avec une surprenante incompétence.

Le film utilise un découpage qui mélange l’absence de prises de risques à l’illisibilité, et certains choix esthétiques, comme une séquence de fusillade nocturne frôlant le ridicule, sont discutables.

De plus, les environnements du film sont génériques au possible.

Malgré les efforts de Gerard Butler, toujours impliqué comme s’il était en course pour un Oscar, Kandahar ne parvient pas à sortir de sa léthargie.

Loin du divertissement décérébré attendu, le film n’a rien de plus à offrir qu’une gigantesque sieste. Une véritable traversée du désert en temps réel.

Kandahar est une déception pour les amateurs d’action et de thriller

Le film se perd dans des intrigues complexes et une opacité narrative qui nuisent à son rythme global.

Le casting, bien que solide, ne parvient pas à sauver Kandahar de son ennui. Outre Gerard Butler, on retrouve des acteurs tels que Toby Stephens (Black Sails, Die Another Day) et Jasmine Trinca (Le Guépard, Fortunata) qui offrent des performances correctes, mais n’arrivent pas à insuffler suffisamment d’énergie et de profondeur à leurs personnages.

La bande originale du film, composée par David Buckley, est également passable, sans jamais se démarquer ou apporter une véritable identité au film.

Dans l’ensemble, elle sert de toile de fond générique qui accompagne les actions des personnages sans jamais les sublimer.

Le scénario de Kandahar aurait pu être sauvé par meilleure gestion du rythme.

kandahar

Si l’intention de proposer un thriller politique complexe est louable, il aurait été préférable de se concentrer sur l’action et les rebondissements, plutôt que de s’embourber dans des sous-intrigues qui ne font que diluer l’attention du spectateur.

En somme, Kandahar est un film qui aurait pu être un divertissement honnête avec des scènes d’action palpitantes, mais il échoue à satisfaire sur tous les fronts. On ne peut que regretter cette nouvelle déception dans la carrière de Gerard Butler et espérer que son prochain projet lui permettra de renouer avec le succès. Pour les amateurs d’action et de thriller, il est conseillé de chercher ailleurs pour passer un bon moment.

Soutenez Que faire des momes en nous suivant sur Google Actualités :