La parentalité et le lien d’attachement

Devenir parent est un bonheur sans limite, mais il s’agit aussi derrière ce statut et ce bonheur sans frontières, de réussir une mission que la vie vient de nous confier, un défi qu’elle vient de nous lancer : transmettre le meilleur de nous même et de la meilleure des façons ! La barre est haute. Passé les premiers mois durant lesquels votre bébé s’attache à dormir et manger, vient le temps de la parentalité avec un grand P : quand bébé commence à marcher et notre premier ‘Non’ à son endroit et quand le ‘ne pas’ envahi toute nos phrases.

On en arrive à ne même plus se rendre compte que l’on utilise plus que cette formule, or les enfants en bas âge n’intègrent pas la négation. Si vous voulez qu’il ne fasse pas quelque chose alors dite lui ‘ne pas’ et vous êtes presque certain qu’il le fera !  Pourtant ce qui nous fait rager c’est que ce petit être comprend très bien ce qu’on lui dit et qu’il fait exactement ce qu’on lui demande de ne surtout pas faire ! Bref, de quoi enrager….

Quand on est informé de cette négation impossible, on prononce alors nos phrases différemment et non pépites se mettent à nous comprendre et même pire, à faire ce qu’on leur demande, incroyable ! Il suffisait de dire ‘marche dans la maison’ au lieu de ‘ne cours pas dans la maison’ ! Facile ? Une habitude à prendre surtout. Pas facile à prendre quand même et on se rend compte que des exemples sur la négation il y en a plein et que du coup si la réussite est liée à notre capacité de changement il va falloir alors se remettre en question fortement, voir même tout changer !  Pourquoi cela me direz –vous ?

En fait l’avantage, pardon, l’immense avantage à se changer, c’est que nos mauvaises façon de communiquer ne vont pas faire comme l’effet de coups de rabots dans notre relation avec notre enfant, au contraire, ce lien d’attachement grossira avec le temps. Sachant que notre reflexe naturel ne nous pousse pas en première intention à faire preuve d’empathie, car le stress nous pousse souvent à l’attaque.

Et sans présenter les choses de manière manichéenne il vaut mieux répéter, prendre sur soi, faire montre de patience, d’écoute, utiliser la ruse, l’humour, prendre du temps, verbaliser ou passer la main…tout cela va participer à épaissir ce lien de confiance avec votre enfant et favoriser le développement de son cerveau, voilà, ce qu’est l’héritage le plus précieux à laisser à nos enfants : Alors changeons !

Gilles Vaquier de labaume. Créateur et gérant du premier concept de formation à la parentalité dédié aux futurs pères. www.atelierdufuturpapa.com

Facebook Twitter Google+ Linkedin Mail
2017-07-13T11:04:39+00:00 15 mai 2017|Actualités, Parole de papa|0 commentaire

Laisser un commentaire